Lettre de Michel GABAS, maire d'Eauze et Conseiller Départemental au préfet du Gers concernant les fermetures de commerces "non essentiels"


31 octobre 2020 - 1028 vues

Le  courrier adressé ce jour par Michel GABAS, maire d'Eauze et Conseiller Départemental au préfet du Gers concernant les fermetures de commerces "non essentiels" à l'occasion du nouveau confinement.

Monsieur le Préfet,


A l’instar de nombreux maires de France, je m’étonne de la décision gouvernementale de « fermer » certains commerces, souvent de très petites entreprises alors que, dans les rayons des grandes surfaces, tout est autorisé.
Je ne ferai pas partie de cette cohorte d’élus qui, par arrêté municipal, conteste des mesures sanitaires qui ne relèvent que d’une politique nationale menée exclusivement sous l’autorité de l’État. Cette attitude n’est pas digne de celui ou de celle qui représente l’État sur sa commune et de ce fait, met à mal les fondements de notre République et sa cohésion.
Néanmoins, comment expliquer à des petits commerces, que leur fermeture serait salutaire pour la santé de leurs concitoyens et parallèlement, autoriser et encourager la consommation de masse dans les grandes surfaces et pire encore, sur des sites marchands via Internet.
La priorité est bien évidemment de préserver notre système de santé pour faire face à cette deuxième vague, système de santé au bord de l’implosion. Il ne faut pas perdre de vue cet objectif qui est de tout mettre en oeuvre pour ralentir la circulation du virus. Soit on procède à un confinement strict de la population comme au mois de mars avec les conséquences sociales et économiques que cela entraine, soit comme c’est le cas aujourd’hui, on procède à un confinement « allégé » en maintenant un grand nombre de la population au travail.
Il me semble que dans ce cas de figure, les petits commerces qui ont maintenant le savoir-faire pour gérer les flux dans les magasins, sont injustement et abusivement sanctionnés par cette fermeture générale.
J’ose espérer que dans les jours qui viennent, ces remarques multiples d’élus locaux feront infléchir le gouvernement pour traiter avec discernement la problématique de notre tissu économique de centre-ville.
Soyez assuré, Monsieur le Préfet, de ma parfaite loyauté et de mon total dévouement à mon poste de responsabilité pour accompagner dans ces temps difficiles l’action gouvernementale.
L’état sanitaire du pays requiert solidarité de tous, au côté de l’État et des soignants dont je fais partie également.
Très respectueusement,
Michel GABAS
Maire d’ÉAUZE
Conseiller Départemental 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article