Elu.e.s de l’Agglo d’Agen : refusez le financement de la LGV


15 décembre 2021 - 801 vues

Jeudi 16 décembre, les élus du conseil d’Agglomération d’Agen vont devoir choisir de
participer financièrement ou non, au projet de Lignes à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-
Toulouse & Bordeaux- Dax, dans le cadre du « Grand projet Sud Ouest « (GPSO). La
facture est de 18 millions d’euros pour l’Agglo d’Agen. Rappelons que le cout total du
GPSO est de 14 milliards d’euros.
Le président de Agglo d’Agen, Jean Dionis Du Séjour, également conseiller régional, n’a
jamais caché son soutien total au projet.
Sept collectivités territoriales sur les onze situées sur le tracé de la LGV, se sont déjà
prononcées. Les départements du Lot-Et-Garonne et de la Gironde ont refusé toute
participation financière. Quatre dernières collectivités voteront cette semaine.
En Juillet 2017, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir « faire une pause sur les
nouveaux grands projets », pour « améliorer les transports du quotidien. Il fallait sortir de
cette dérive des projets non financés ».
Quatre ans plus tard, il reste un grand nombre de chantiers à mener dans le domaine du
transport du quotidien, y compris sur notre territoire (TER, Intercités, lignes locales). Cette
priorité à laquelle nous sommes attachés avait pourtant été reprise dans la loi d’orientation
des mobilités (LOM) du 26 décembre 2019. Le premier ministre jean Castex, les
presidents des Régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie ont décidé de passer outre.
A la lumière de diff érents rapports, d’un avis défavorable du commissaire enquèteur lors
de l’enquète publique, d’une expertise sur la modernisation de la ligne actuelle Bordeaux
Toulouse qui permettrait de réduire l’écart de temps avec la LGV et d’un cout bien
moindre, nous avons expliqué à maintes reprises la non pertinence du projet. L’impact
environnemental sera désastreux pour le climat, la biodiversité et les sols, sans oublier les
désagréments majeurs pour les expropriés et futurs riverains.
L’agglomération d’Agen qui, de plus, n’a pas de compétences sur le transport ferroviaire
ne doit pas engager 18 millions d’euros dans le GPSO.
Le groupe Europe-écologie-Les-Verts du Lot-Et-Garonne demande aux élus
communautaires de ne pas voter ce financement pour un projet à contre sens des
défis à relever, pour l’Agglo, pour aujourd’hui et demain. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article