Entretien avec Christian Astruc Président du Département Tarn et Garonne « Nous avons tenu nos engagements »


28 août 2020 - 606 vues

À quelques mois du terme de son premier mandat en tant que Président du Conseil  départemental, Christian Astruc a répondu à nos questions.


Depuis plus de 5 ans que vous êtes Président du Conseil départemental, qu'est-ce qui a changé
entre le Christian Astruc de 2015 et celui de 2020 ?
C.A : Forcément, il y a un gros changement quand on passe de maire de la commune de Dunes et
Conseiller général à Président du Conseil départemental. Le changement le plus visible c'est ma
présence quotidienne à Montauban. Bien sûr, il y a plus de responsabilités car je m'implique dans
toutes les problématiques de dimensions départementales. Mais, en définitive, c'est un peu pareil
pour toutes les collectivités et c'est souvent une question de bon sens. Quelle que soit leur taille ou
leur importance, l'engagement qu'on y met et la façon dont elles doivent être gérées sont les mêmes.

Est-ce que Président du Conseil départemental est une fonction dans laquelle on prend du
plaisir ou au moins qui apporte quelques satisfactions ?
C.A. : Le plaisir que j'en retire c'est celui du devoir accompli. Et j'ai la grande satisfaction de
réaliser nos missions aux côtés de tous les agents de la collectivité et avec mes amis de la majorité
départementale.
En vous retournant sur ce qui a été accompli depuis le début du mandat, qu'est-ce qui vous
rend le plus fier ?
C.A. : Je ne parle pas de fierté mais plutôt de satisfaction. La principale, s'il faut en choisir une,
c'est notre politique d'aide aux communes que l'on a mis en place en 2016 et que l'on a revue
récemment. Nous apportons des aides conséquentes à toutes les communes mais, bien sûr, cette aide
est véritablement essentielle pour les plus petites d'entre elles. Aider les élus de proximité que sont
les maires et les conseillers municipaux, partout sur le territoire à réaliser de s opérations
Communiqué de presse 1/2
d'investissement pour mieux équiper leur commune et au final rendre plus de services à leurs
administrés, c'est une vraie satisfaction.
Est-ce que malgré les contraintes, les lourdeurs, les règles, la situation politique, etc., vous
avez pu faire ce que vous souhaitiez depuis 2015 ou est-ce qu'il a fallu s'adapter aux
circonstances ?
C.A. : Je dirais tout simplement qu'avec la majorité départementale nous avons tenu le cap et que
nous sommes parvenus à réaliser l'ensemble de nos engagements : pas d'augmentation d'impôts,
maîtriser les dépenses de fonctionnement, la réalisation d'un programme d'investissement sans
précédent, la réduction de l'endettement du Département qui était beaucoup trop élevé lorsque nous
sommes arrivés aux affaires. Nous avons tenu nos engagements !
Est-ce qu'il y a des projets qui vous tiennent à coeur et que vous n'avez pas encore pu mettre
en oeuvre ?
C.A. : À ce jour je dirais que tous les projets nécessaires aux Tarn-et-Garonnais ont été réalisés ou
sont en cours de réalisation. Pour les projets futurs que nous portons, ils seront communiqués en
temps utile...
Les prochaines élections départementales auront lieu, normalement, en 2021. Comment
voyez-vous globalement l'avenir des Départements et celui du Tarn-et-Garonne en
particulier ?
C.A. : De manière générale, je suis tout à fait confiant sur l'avenir des Départements. Pour moi, il y
a trois niveaux essentiels : la commune, le Département et l'Etat. Les communautés de communes et
les Régions sont des maillons intermédiaires. Le Conseil régional pourrait être composé, en tout ou
partie, de conseillers départementaux, désignés par leurs pairs, ce qui permettrait à la Région d'être
plus proche des citoyens. C'est un sujet que j'avais abordé avec le Ministre Sébastien Lecornu, en
présence de plusieurs autres présidents de Conseils départementaux qui y étaient plutôt favorables.
L'avantage principal serait bien sûr la proximité puisque le Conseiller départemental est, avec le
maire, un élu de terrain.
Est-ce qu'en regardant votre bilan de Président vous avez, vous et votre majorité, un ou
plusieurs regrets ?
C.A. : Non, je ne regrette rien de ce que nous avons fait avec la majorité départementale. J'assume
tout ! Et si c'était à refaire, nous referions exactement la même chose. @Foto CD82

Je soutiens  Radio COOL DIRECT

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article